· 

Sweat Lodge

 Quand j’avais 16 ans, j’ai été invitée à participer à une hutte à sudation (sweat lodge). Mon père était alors en contact régulier avec certains individus de la communauté montagnaise de Mashteuiatsh (Pointe-Bleue). Il y visitait régulièrement et prenait goût aux rites et à la culture traditionnelle toujours présente sur la réserve. Ce jours-là, nous avons visité des commerces d’artisans locaux et j’ai passé l’après-midi à confectionner mon propre « medecine bag » avec l’aide de la femme de Denis, l’ami de mon père chez qui on restait. Notez qu’à cette époque j’étais full ado et je trippais solide sur la wicca (witchcraft). J’étais donc arrivé là bas avec mes vêtements noirs, mon pentagramme dans le cou et mes piercings (pas si différent d’aujourd’hui finalement). Vous pouvez imaginer le choc de culture. Mais j’ai été accueillie comme une amie de la famille à bras ouvert.

Complètement néophyte à la culture amérindiennes, vous m’excuserez si ma mémoire ou mon interprétation fait défaut. De mon souvenir, la “lodge” se déroule comme suit : au crépuscule, les participants se dirigent vers la yourte en bordure de la forêt. La structure est basse de plafond et peut contenir un maximum de 10 personnes assises en rond. Ce soir-là, nous sommes seulement 4 ou 5 donc il y a amplement d’espace pour être confortable ou même s’allonger. Au milieu de la pièce se trouve un trou de quelques pouces de profond creusé à même le sol de terre qui sert à accueillir des pierres chauffées au feu nommées “grand-pères”. Chaque pierre représente l’esprit d’un ancêtre invité à guider la cérémonie et leur nombre détermine l’intensité de l'atmosphère à l’intérieur de la pièce.

La première partie de la cérémonie se déroule traditionnellement avec quelques chants et tambours et honore les 4 directions de la roue de médecine (4 peuples, 4 éléments, 4 saisons…). Ensuite, le “shaman” récite une plus longue prière au Grand Esprit de le guider, ainsi que les gens présents dans la “lodge”. À ce point, cela fait environ 30 minutes que nous sommes assis dans la chaleur des pierres. La 2e partie invite les participants à prendre un moment personnel avec le grand esprit, à tour de rôle. La personne peut s’adresser à voix haute ou intérieurement puis mentionner à la personne suivante quand s’est à son tour, s’assurant ainsi d’un moment privilégié avec les guides. Deux personnes passent avant moi avant que le shaman m’invite à me recueillir. Notez que ce n’est vraiment pas la première fois que je vais dans un sauna et AUCUNE herbe ni aucun liquide n’est dispersé sur les pierres. J’ai chaud, mais je me sent bien et alerte. Je ferme donc les yeux et commence ma prière silencieuse qui va un peu comme suit : “Grand esprit, cela fait déjà un moment que je chemine spirituellement. J’ai l’impression que j’ai des choses à accomplir dans la vie, un sentiment d’avoir un genre de “mission” d’incarnation, mais je me sent égarée et seule. Je me demande si mon sentiment de “connexion” est imaginaire et j’aimerais bien avoir un genre de signe ou d’encouragement que je suis sur la bonne voie, que je fais ce qu'il faut.”. À ce moment, à court d’inspiration j’ouvre les yeux, prête à dire au suivant que j’ai terminé mais à ma grande surprise, je constate que les pierres chauffées à rouge, à moins de 2 pieds de moi, sont maintenant illuminées d’une couleur bleue franche. Genre bleu flash. Vraiment surprise, je frotte mes yeux pour enlever la sueur ou quelque défaut de vision induit et je rouvre mes yeux grand grand à nouveau et fixe les pierres pour une grosse minute. Nope, pas d’explications, les pierres sont belle et bien bleues. Après quelques moments d’ahurissement, je referme mes yeux et dit MERCI au Grand Esprit pour le signe clair et net et passe la “parole” au suivant. Comme de fait, en rouvrant les yeux quelques instants plus tard, les pierres étaient bien redevenues rouges.

 

Ce moment est devenu pour moi le premier évènement spirituellement marquant de mon cheminement. Ma première vision. Personne n’avait entendu ma prière et quand j’ai mentionné mon expérience au shaman, il a simplement dit sans avoir l’air surpris qu’il avait lui aussi expérimenté des visions intense dans la sweat lodge à quelques reprise lors d’évènements majeurs de sa vie. Par la suite, en cas de doutes, je me suis souvent re-ancré dans cette expérience mais je l'ai rarement partagée avec mon entourage, par peur de me faire traiter de folle et de souiller la mémoire d'un moment qui pour moi était sacré et indéniable.

Write a comment

Comments: 0