· 

Je n'ai pas besoin de toi

Confession d’une anarchiste relationnelle en éclosion.

-----

J'aimerais bien que tu sois là mais je n’ai pas besoin de toi.

 

Je n'ai pas besoin que tu me complètes. Je suis déjà entière. Je suis déjà libre et toute puissante : unique créatrice et destructrice de mon Être et de mon Univers. Je ne serais jamais “tienne”. D'ailleurs tu ne sera jamais “miens” non plus. J'ai beaucoup à offrir. Peut-être que toi aussi. Peut-être qu'ensemble on pourrait simplement échanger et partager ce qu’on a à se donner. 

 

Je n'ai pas besoin que tu me nourrisses ou que tu me fasse vivre. Je sais me débrouiller et subvenir à mes propres besoins (physiques, mentaux et emotionnels). Chaque acquis a son histoire, payé d’un sacrifice de sang et d'encre. Ce que j’ai je ne l’ai pas volé : je me suis construite de mes propres mains. Ma maison est mon temple et mon invitation à visiter te fait honneur. De la même façon j’ai faim de découvrir ton monde et ce qui te fait vibrer. Chacun sur notre planète on pourrait se graviter.

 

Je n'ai pas besoin que tu me valorises ou me fasse briller. Que tu me fasses honneur de ton regard, de ton désir ou de ton organe. Être à ton coté n'est ni une fierté ni une conquête. J’aimerais plutôt le privilège de s’accompagner, de s'accueillir tel que nous sommes, sans masques et sans armures, imparfaits et pleins de blessures. Je suis brute. Je suis guerrière, sauvage et sans merci. Je ne suis pas la pour te faire peur ou pour te faire sentir moins mâle mais je ne serai pas moins que Moi pour t’épargner.

 

Je n'ai pas besoin de que tu me donnes permission. Je m’exprime et je bouge sans contrainte et sans excuses. Je n’ai pas à me justifier ni à me sentir inadéquate ni coupable pour parler un peu trop fort, pour montrer un peu trop de peau, pour aimer un peu trop de gens pour avoir un peu trop de plaisir. Je ne dois rien à ton ego et tu ne dois rien au miens. J’aimerais être le témoin de ton intégrité pleinement assumée et qu’ensemble on puisse danser.

 

Je n'ai pas besoin que tu me fasses femme, ni reine, ni déesse. Je connais la pleine réalité de qui je suis, sans nom et sans visage. Je n'ai pas à être belle, à me plier aux diktats de beauté infantilisants qui devraient me rendre désirable. Je n'ai pas à être à “bien me comporter” car je ne suis pas définie par ma sexualité. Je suis de sang et de péché mais pas pour autant souillée. On pourrait se voir comme deux enfants qui apprennent à se connaître, inconscients de la biologie qui nous distingue.

 

Je n’ai pas besoin que tu me fasses jouir. Je sais bien le faire moi-même. À la place on pourrait se rencontrer dans un amour tantrique ou l'orgasme n'est pas un but à atteindre. Pourquoi ne pas s'abandonner pour une fois et découvrir un nouveau rythme, loin de la performance et de la poursuite d'une finalité. Prenons le temps de nous goûter et de nous explorer, d'honorer nos corps dans une connexion du coeur et de l'âme. J’aimerais jouer, qu’on fasse l'amour lentement, à tâtons, maladroitement et en riant. 

 

Je n'ai pas besoin que tu me guérisses. En fait je ne suis pas brisée. J’ai juste choisi de prendre des détours pour voir comment je pouvais me réinventer. Mais on pourrait se permettre de se guérir nous-même dans la compagnie de l'autre. On pourrait se supporter mutuellement, deux humains à l'écoute et disponibles, engagés, ouverts, sensible à la douleur de l'autre. Ensemble on pourrait créer cet espace où l’on se respecte, où l’on s'observe, où l’on se reconnaît. 

 

Je n'ai pas besoin qu'on étiquette notre relation, qu'on la définisse ou qu'on la mette en boîte. Ensemble on pourrait parler et connecter, et si on est chanceux on pourrait même se comprendre un peu. On pourrait se permettre de définir nos propre paramètres et nos propres limites. Laisser place au changement et à l’évolution, aux départs et aux retrouvailles. 

 

Je n'ai pas besoin que tu aies besoin de moi. Mais je veux que tu veuilles être avec moi comme je veux être avec toi. Prendre ça comme ca vient, un moment à la fois pour ce qu'il est, sans attentes, ni directions, ni promesses. Se rencontrer à nouveau à chaque instant, dans l'acceuil de ce dont sera fait le prochain.

 

Je n'ai pas besoin de toi. Mais je te te veux dans ma vie. Pour marcher quelques pas ensemble ou plusieurs. Pour courir, trébucher et se reposer. Prendre une pause bien méritée. Le temps de se sourire, le temps d'un baiser. Le temps que ça prend pour s'aimer.

Write a comment

Comments: 5
  • #1

    Émilie (Sunday, 17 June 2018 19:28)

    Wow. Merci d'avoir dit les mots.

  • #2

    JC (Sunday, 17 June 2018 19:53)

    Awwww
    Ton texte est magnifique et met des mots sur ce que je ressens.

    Merci <3

  • #3

    Manon (Sunday, 17 June 2018 22:27)

    Excellent texte qui décrit totalement comment je me sens, merci �

  • #4

    Eric (Tuesday, 03 July 2018 00:36)

    Merci pour cette expression de ta puissance.tu as un don pour l écriture

  • #5

    Antoine (Wednesday, 11 July 2018 00:55)

    Parfait.